mercredi 19 novembre 2014

Petit bonheur livresque : "Les souvenirs", de David Foenkinos

      Je partage avec vous une de mes lectures favorites du mois d'octobre, à savoir "Les souvenirs", de David Foenkinos. J'avais déjà lu avant lui, "En cas de bonheur", "Les coeurs autonomes", et "La délicatesse", et je me suis donc lancée dans un autre roman de cet auteur.







" «Je voulais dire à mon grand-père que je l'aimais, mais je n'y suis pas parvenu. J'ai si souvent été en retard sur les mots que j'aurais voulu dire. Je ne pourrai jamais faire marche arrière vers cette tendresse. Sauf peut-être avec l'écrit, maintenant. Je peux le lui dire, là.» David Foenkinos nous offre ici une méditation sensible sur la vieillesse et les maisons de retraite, la difficulté de comprendre ses parents, l'amour conjugal, le désir de créer et la beauté du hasard, au fil d'une histoire simple racontée avec délicatesse, humour, et un art maîtrisé des formules singulières ou poétiques."





      Dans ce roman, il est question des souvenirs que le narrateur expose, au sujet de son grand-père décédé, de sa grand-mère et de sa propre vie en général. Il émet beaucoup d'interrogations sur les relations qui existent entre les membres de sa famille, notamment le fait qu'entre lui et son propre père, cela a toujours été tendu, distant, alors qu'avec son grand-père, les relations étaient beaucoup plus faciles et plus légères. 
Parallèlement, le narrateur réfléchit à sa propre vie, que ce soit sa vie sentimentale, sa position de fils et de petits-fils.
L'auteur, ici, met en évidence toutes les difficultés contemporaines que nous pouvons éprouver, toutes les interrogations qui nous traversent, notamment en ce qui concernent les relations familiales, les relations sentimentales, les conséquences de certains traumatismes, et les bien faits d'une remise en question.

J'ai retrouvé dans "Les Souvenirs", le même état d'esprit que celui de "En cas de bonheur", avec des interrogations à la fois psychologiques, moralisatrices, pour lesquelles nous pouvons nous sentir personnellement concernées, et qui je dois l'avouer, font du bien au moral.

      Ce roman est un peu une remise en question de nous même, de notre façon de se comporter vis-à-vis des autres, de nos ressentis, nos préjugés, mais sans pour autant tomber dans la culpabilité , ou l'accusation.  David Foenkinos est très délicat et quelque peu raffiné dans sa façon d'écrire, qui fait que le lecteur se fond dans le récit, et se confond avec le narrateur. (je me suis même demandée si ce roman n'avait pas un aspect autobiographique, tellement on a l'impression qu'il s'agit des souvenirs de David Foenkinos _ ? ).

      Cette lecture m'a été très agréable, voire même m'a paru chaleureuse. Elle me semble parfaite pour ces journées d'hiver, sous un bon gros plaid et une tasse de thé (de café, de chocolat, tout tant que c'est chaud !).

Sur la même lignée, je vous conseille également "En cas de bonheur", qui m'a énormément plu.


Bisou Bisou, Camille 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire